Ozoir la Ferrière Courrier : entendus car mobilisés avec la CGT

Dans le cadre de la recherche d’accord sur le site d’Ozoir la Ferrière, délocalisé à Roissy depuis le 23 juillet, la Poste avait tenu des belles paroles dont, très rapidement, les collègues se sont rendus compte que cela n’allait pas le faire :

–          Partageable de moins en moins inopinées et de plus en plus régulières liées au manque d’emploi et surtout à des absences planifiées de longues dates (congés annuels, prolongations d’arrêt maladie, etc.)

–          Partageable « sous évaluée », en terme de charge de travail et donc de temps de travail

Bref, quand ça va plus, ça va plus.

Les collègues d’Ozoir ont demandé, avec la CGT FAPT 77, une audience pour pouvoir se faire écouter et entendre.

Hier (29 octobre), une réunion a eu lieu avec des représentants de la CGT FAPT 77 et la moitié du personnel.

Ce qui a été obtenu est loin d’être une paille :

–          L’annulation des demandes d’explication pour refus de prendre la sécable

–          L’embauche en urgence d’un CDD à compter du 4 novembre

–          Le re-calcul du temps de la partageable, manifestement à Ozoir comme ailleurs, sous évalué

–          Revoir le système de navette (transport Ozoir-Roissy-Ozoir)

A noter quand même, qu’il a été dit au personnel et à la CGT que désormais les moyens de remplacement étaient limités aussi du fait de la suppression des EAR. Pour mémoire, ce n’est ni le personnel, ni la CGT, ni les autres syndicats, ni les EAR qui ont demandé la suppression des EAR !

Bref, nous le confirmons, la Direction de Roissy avait promis que tout irait pour le mieux. A-t-elle été aveugle ou sourde ? Mais il a fallu attendre 4 mois pour que le personnel, avec la CGT FAPT 77, soit enfin entendu sur ses revendications dont d’ailleurs, l’audience l’a confirmée, la Poste reconnait qu’elles étaient légitimes et fondées !

 

1 Commentaire

  1. Pour complément d’information. L’audience a eu lieu après la fin de service. Le fait que la moitié du personnel ait été présente et que plusieurs collègues aient tenu à préciser qu’ils ne pouvaient assister à cette réunion (vie personnelle oblige et bien compréhensible)mais qu’ils étaient solidaires a aussi été un élément déterminant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*